Les premiers apprentissages

 
 
La découverte du monde (son développement )
 
Pendant sa 1ère semaine de vie, le chiot est sourd et aveugle, il localise sa mère à l’aide de ses capteurs de chaleur situés dans sa truffe.
 
À deux semaines, votre chiot va ouvrir ses yeux, mais peut a peine se dresser sur ses pattes, il est en mode château de cartes.
 
Ça y est votre chiot à 3 semaines, il peut dès à présent se diriger vers l’endroit qu’il désire, le chiot est fortement attacher à sa mère,  qui lui permet d’explorer son milieu sans appréhension et d’apprendre à communiquer avec ses frères et sœurs.
 
A l’âge d’1 mois, sa mère lui apprend a se contrôler, lors de leurs parties de jeux, elle va le remettre en place lorsqu’il dépasse un certain seuil d‘excitation, et lui apprendre à se calmer. Elle va aussi lui apprendre à ne pas blesser les autres lors des séances de jeux, pour cela elle va l’immobiliser sur le dos lorsqu’elle jugera que son comportement est excessif.
 
À 6 semaines, il est désormais sûr de lui, il se lance à la découverte de se qui l’entoure.
 
Lorsque votre chiot a atteint ses 2 mois, il doit être tout à fait capable de se calmer seul et de ne mordre ou de faire mal lors des séances de jeux, il n’est absolument pas normal qu’il vous mordille sans se retenir et qu’il vous laisse des traces de crocs.
 
Ses 3 premiers mois ont une très grande importance, il enregistre une foule d’informations sur lui-même, et son monde environnant, où il y découvre les aspects ludiques mais aussi ses dangers. Plus il explore son univers, plus son cerveau se développe.
 
La vidéo suivante, vous montre évolution morphologique dans les grandes lignes.
 
Image de prévisualisation YouTube
 
Puis dans le moindre détail, un peu chiant mais très instructif, vous connaîtrez le développement du chiot sur le bout des doigts
 
Image de prévisualisation YouTube
 
Son arrivée à la maison
 
Votre chiot vient d’arriver dans votre famille, il a donc 8 semaines minimum, c’est l’âge idéal pour l’adoption. Sa mère lui a déjà inculqué quelques bases d’éducation, vous devrez ensuite poursuivre cette éducation, pour qu’une relation harmonieuse s’établisse entre vous et votre nouveau compagnon.
 
Pour que son arrivée se passe le mieux possible, il y a quelques règles à respecter:
 
Évitez les accueils en fanfare qui pourraient faire peur à votre chiot, restez donc calme, attentif et surtout disponible.
 
Si vous avez un jardin,  déposez-y votre chiot afin qu’il se détende et qu’il fasse ses besoins.
 
Laissez-le découvrir la maison ou l’appartement calmement et attendez un peu pour faire les présentations de la famille et les animaux si y a.
 
Choisissez où il va manger et dormir, montrez lui son coussin que vous installerez dans le coin d’une pièce, surtout pas dans l’entrée. Mettez-le dedans dès les premiers signes de fatigue.
 
Préférez l’alimentation donnée à l’élevage, en général des croquettes, c’est une alimentation complète  et cela évitera les problèmes gastriques (diarrhée ) dû aux changements. Vous pourrez lui changer de marque en respectant la transition:
 
Pendant la 1ère semaine, gardez la même marque, il aura assez de stress du au changement de milieu.
 
Pendant la 2ème semaine, vous pouvez commencer la transition:
 
Les 2 premiers jours, 1/4 du nouvel aliment et 3/4 de l’ancien aliment.
Les 2 jours suivants, 1/2 du nouvel aliment et 1/2 de l’ancien aliment.
Les 2 jours suivants, 3/4 du nouvel aliment et 1/4 de l’ancien aliment.
Les jours suivants, la ration totale du nouvel aliment.
 
Mettez toujours a disposition, une gamelle d’eau propre à volonté.
 
Pour éviter l’apparition de certains troubles du comportement, vous devez prendre connaissance de quelques informations concernant le développement de votre chiot, vous éviterez ainsi quelques erreurs qui pourront être à  l’origine d’une incompréhension entre vous et votre chiot.
 
Image de prévisualisation YouTube
 
Le lien d’attachement
 
 A l’arrivée dans son nouveau foyer, le chiot va tout naturellement recréer le lien d’attachement qu’il avait avec sa mère, en particulier avec un des membres de la famille, lien qui lui permettra d’appréhender sa nouvelle maison sans crainte.
 
Comme sa mère l’as fait avant vous, vous devez mettre en place un détachement,  pour lui permettre de pouvoir rester seul à la maison sans aucune anxiété et de faire ses propres expériences sans qu’il est besoin de contact visuel avec vous.
 
Ce détachement se fait en laissant votre chiot seul, bien évidemment, sur des périodes de plus en plus longues et en lui apprenant a se détacher à la maison, en ne le laissant pas vous suivre partout et en le mettant dans son panier sans qu’il puisse vous observer.
 
Ne le punissez pas lors de votre retour, lorsque vous découvrez les bêtises, car votre chien ne fera aucuns rapprochement avec se qu’il a fait.
 
Supprimer le rituel de départ, ne parlez pas au chien et ne lui donnez pas à manger avant de partir. Mais supprimer aussi le rituel de retour, lorsqu’il vous fait la « fête », ne le caresser pas, ne joué pas avec, ne le punissez pas, attendez qu’il se calme avant d’interagir avec.
 
Vous pouvez lui laisser des stimulations sonores et lumineux, vous pouvez y laisser la radio ou la télé.
 
Donnez moins d’attention à votre chien, ne le caresser pas trop pour rien pour ne pas attiser son hyper attachement, mais caresser le plutôt quand il fait un ordre pour le féliciter.
 
Inculquez lui les ordres de bases tel que le ASSIS, le COUCHE, …
 
Faites lui faire du sport, le chien a besoin d’une activité journalière, attention aux chiots pour lui il ne faut pas trop forcer pour ne pas abîmer ses hanches et ses articulations.
 
Repoussez le lorsqu’il devient trop collant
 
Les conséquences de l’hyper-attachement sont une recherche quasi permanente du contact avec le maître, des mimiques et des vocalises pour attirer l’attention, il saccage systématiquement la maison lorsqu’il est seul, il hurle à la mort pendant des heures ou même il fait ses besoins partout. Il peut aussi s’auto-mutiler, en se grignotant les pattes, la queue ou même les flancs, pouvant s’aggraver jusqu’à des troubles de l’humeur, du sommeil et de l’appétit. Il vous fera la « fête » démesurément à votre retour, et sera très jaloux à l’approche de ses congénères.
 
 
 
Image de prévisualisation YouTube
 
Les premières nuits
 
En ce qui concerne les premières nuits de votre chiot, le contact de ses frères et sœurs lui manque, on peut lui mettre une bouillotte d’eau chaude pas trop bouillante, un jouet ou une serviette imprégnée de l’odeur de son ancien environnement, pour le réconforter.
 
S’il pleure, laissez-le faire. Il finira pas se calmer, si au contraire il continue, vous pouvez aller le voir une fois, pour lui montrer que vous êtes là. N’allez pas le voir plus d’une fois, sinon il associera le faites qu’il pleure ou faite que vous allez le voir et continuera de plus belle.
 
En cas de panique totale de la part de votre chiot ou très anxieux, vous pouvez accepter qu’il dorme devant la porte de la chambre, ou même dans la chambre mais en aucun cas sur le lit.
 
Vous devez le sortir pour qu’il fasse ses besoins le plus tard possible le soir et le plus tôt le matin, pour faciliter l’apprentissage de la propreté. Ne lui donnez pas l’habitude de le sortir la nuit, il faut mieux ramasser le matin, pendant quelques temps que d’être réveillé toutes les nuits.
 
Image de prévisualisation YouTube
 
Sa place au sein de la famille
 
Il est nécessaire à l’équilibre du chien d’avoir une place bien définie dans la famille ainsi que dans la maison, il sera alors épanouie et la vie de famille n’en sera que plus agréable. Votre chiot doit trouver sa place tout de suite, dès son arrivée.
 
Les chiens ont le principe d’une meute, ils ont donc besoin de hiérarchie, que vous devez instaurer  pour qu’il puisse se sentir à l’aise et trouver sa place dans sa nouvelle famille. Le principe d’une meute est facile, les adultes apprennent les rituels au chiot pour qu’il respecte les chefs et donc leur statut hiérarchique. Les rituels concernent l’accès à la nourriture, le lieu de couchage, et les contacts qu’il peut y avoir entre différents individus de la meute. Donc vous l’aurez compris, il va percevoir son statut au sein de votre famille par rapport aux prérogatives qu’il aura le droit. Si les règles que vous instaurez auprès de votre chiot ne sont pas les bonnes, il peut très vite prendre la place du chef de famille.
 
 
 Les points qui empêche le chiot de trouver sa place sont souvent de fois, parce qu’il est pris pour un enfant et non un chien,  les maîtres ignorent le fonctionnement de la hiérarchie chez le chien, et le dernier point, c’est l’absence d’éducation, ou une éducation pas assez ferme.
 
Voici quelques règles  que vous devez respecter pour limiter de voir votre chiot devenir le dominant:
 
L’accès à la nourriture: il doit avoir lieu dans un endroit calme, après le vôtre. Vous devez lui retirer sa gamelle 15 minutes après le début de son repas, puis il ne doit pas obtenir de dessous de table.
 
La gestion de l’espace : une place bien précise pour dormir doit lui être attribuée, ce lieu de couchage doit se situer dans un endroit calme, et surtout en dehors des lieux de passage, où personne ne peut le déranger.
 
Les contacts: vous devez autant que possible, être à l’initiative des contacts avec votre chien, c’est vous qui décidez des moments de jeux, des moments de câlins, les moments de promenades  ( si votre chiot est en cours d’apprentissage de la propreté, sortez le lorsqu’il demande).
 
La sexualité : tout chevauchements qu’il soit matériel ou humain, ils doivent être totalement interdits.
 
Ces différents points ont donc des conséquences, c’est le chien qui choisit les moments de jeux, l’heure des repas, les sorties. Il peut même avoir des manifestations de dominance qui se traduise par des grognements pouvant aller à la morsure, accès à la chambre ainsi qu’au lit. Les autres conséquences sont la boulimie, l’anorexie, une dépression, du stress, de l’anxiété, de l’énervement, ainsi que de la destruction.
 
Pour éviter ça, faites une éducation de base jusqu’à 6 mois ( le NON, les sanctions, les ordres de bases, puis les initiatives pour le repas, les caresses, les séances de jeux, et les sorties), ce n’est pas le chiot qui doit décider, puis après une éducation un petit peu plus ferme.  
 
Avant l’arrivée du chiot, mettez-vous d’accord sur les règles (les droits et les interdits).
 
En conclusion, je vous conseille donc de lui interdire, de monter sur le lit ou le canapés, de dormir dans un endroit stratégique comme les endroits de passage, de manger avant les maîtres et de réclamer à table, de grogner lorsque vous essayez e prendre sa gamelle, ses jouets,…, de simuler un acte sexuel sur votre jambe, de mordiller les mains, les chaussures, les vêtements,…, de sauter sur les gens ou vous même, de sortir le premier lorsque vous ouvrez la porte. Ne le câliner pas sur ses demandes, mais sur les vôtres et ne le surprotéger pas à l’approche d’un autre chien.
 
L’apprentissage de la propreté 
 
 Maintenant qu’on a parlé de la place du chien dans la famille, passons à la propreté, l’acquisition de la propreté chez le chiot nécessite un apprentissage, chaque chiot est différent, ça  peut être plus ou moins long, certains sont vite propre. Sachez qu’à 2 mois, votre chiot ne peut se retenir plus de 2 heures. Il ne peut se contrôler qu’à partir de 4 mois.
 
Voici quelques conseils pour vous aider a rendre propre votre chiot, il y a des moments à ne pas louper, votre chiot fait ses besoins a des moments précis, à son réveil, après son repas ou bien après une séance de jeux, donc sortez le à ses moments, mais aussi quand  il commence à tourner en rond ou à couiner, c’est qu’il commence à demander, sortez le. Lorsqu’il fait ses besoins dehors, n’hésitez pas à le récompenser d’une voix enjouée. Ne le rentrez pas tant qu’il n’as pas fait, mais ne rentrez pas non plus juste après, attendez quelques minutes, sinon il associera le fait de faire ses besoins au faite qu’il rentre aussi vite, ça peut l’encourager à faire durer le plaisir en ne faisant ses besoins le plus tard possible.
 
Maintenant que je vous donné quelques conseils, je vais vous donner se qu’il faut éviter, ne lui mettez pas le museau dedans, ça ne sert à rien, il ne comprends pas ce qui lui est reproché, dites lui simplement non et sortez le rapidement. Si votre chiot a fait ses besoins lors de votre absence, ne le punissez pas lors de votre arrivée, il se peut qu’il est fait il y a 10, 20, 30 minutes ou plus et comme les chiens n’ont pas la notion du temps, il ne comprendrait pas la raison de la sanction, ou pire il associerait votre arrivée, à la sanction. S’il persiste, l’ultime solution consiste à le faire dormir dans une cage adaptée à sa morphologie. Rapidement votre chiot n’appréciera pas de dormir dans son pipi et apprendra à se retenir, il attendra par la suite, les heures de sorties.
 
Si certains chiots sont plus long que d’autres pour l’apprentissage de la propreté, ça ne doit pas excéder l’âge de 5 mois, si c’est le cas parlez-en à votre vétérinaire, car le problème peut venir d’un petit trouble du comportement, il pourra le diagnostiquer et vous proposez des solutions.
Maintenant, vous savez tout sur l’apprentissage de la propreté.
 
Image de prévisualisation YouTube
 
La découverte du monde extérieur  (la socialisation)
 
 Maintenant que votre chiot a découvert votre maison et la famille, il faut qu’il découvre le monde extérieur, et pour ça, il faut qu’il rencontre un grand nombre d’espèces, c’est indispensable à son bon développement.
 
Cette étape s’appelle la socialisation, c’est une étape décisive et nécessaire. Les chiens sont naturellement très sociaux, beaucoup plus que n’importe quel autre animal. Il apprécie le temps qu’il passe avec vous, mais il aime aussi se socialiser avec d’autres gens et d’autres congénères.
 
Il y a donc plusieurs façons de socialiser son chien, en se promenant dans des parcs, rencontrer des gens et d’autres chiens, aller en ville pour qu’il entende les différents  bruits, mais aussi lui faire écouter différents bruits pour ça, internet est un outil très précieux, vous y trouverez pleins de bruitage, allant de la fanfare, à des bruits de bébés, en passant par les klaxons, des bruits d’animaux, bref un éventail de bruits.
 
L’objectif est d’exposer votre chien au plus grands nombres de situation, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur de chez vous. Il apprendra à faire face aux gens et animaux avec des personnalités et caractères différents, qui peuvent être à la fois amicales et hostiles.
 
N’oubliez pas de l’habituer aux trajets en voiture, pour qu’il soit agréable à l’avenir, il n’y a rien de plus désagréable que d’avoir un chien qui halète tout le long du trajet parce qu’il est anxieux, ou même qui aboie quel supplice, en l’habituant le plus tôt possible et le plus régulièrement.
 
Attention, il faut rester vigilant car toute nouvelle situation doit être positive, sinon il en garderait un très mauvais souvenir. Lorsque vous vous préparez à socialiser votre chiot aux humains, faites attention à ne pas présenter votre chiot à des personnes qui n’aiment pas les chiens, car lui il va le ressentir. J’attire aussi votre attention par rapport aux enfants de bas âge, ils sont parfois maladroit est l’expérience peut être négative, préférez les enfants de plus de 7 ans. Je m’explique sur l’âge, les enfants de moins de 7 ans, sont mal perçues par les chiens car ils ne savent pas à quoi s’attendent, ils ont des gestes qui ne sont pas coordonnés, les chiens savent pas comment réagir en face des enfants moins de 7 ans. Prenez soin d’expliquer aux enfants se qu’ils peuvent faire et surtout ne pas faire, tirer les oreilles, tirer la queue, monter sur le dos,…
 
Votre chiot peut présenter de l’anxiété et de la peur, lorsqu’il va être en face de différentes situations et choses auxquels il a pas était habitué, il est donc vital de lui présenter le plus tôt possible un environnement très riche en terme de diversité. Attention, il faut qu’il est eu son deuxième vaccin, pour éviter qu’il attrape tout et n’importe quoi, donc a environ 3 mois.
 
En ce qui concerne la socialisation de votre chiot avec ses congénères,  il est important qu’il est des rencontres avec des chiens dits cool, car les chiots fonctionne par association, s’il ne rencontre que des chiens agressifs, il gardera en mémoire que ses congénères sont à éviter. Les conséquences peuvent être graves soit il en aura peur soit au contraire les attaquer. Vous l’aurez compris, il faut privilégiez les chiens adultes ou chiot bien dans leur tête.
 
Cette étape est d’autant plus importante, si votre chiot sort d’un endroit faible en stimuli ou il y a eu pas ou peu de socialisation. Ces sorties dans le monde extérieur sont indispensables au développement de votre chiot, si ces étapes sont oubliées ou bien bâclées, il peut devenir peureux et développer plusieurs sortes de troubles, comme un retard sur sa propreté  ou un comportement agressif.
 
Il n’est pas toujours facile de communiquer avec votre chien comme le faisait sa mère. Il peut alors être très intéressant de mettre votre chiot régulièrement en contact  avec un chien adulte bien équilibré. Ce dernier lui apprendra alors les règles de vie en communauté et saura lui fixer les limites à ne pas franchir (dans le jeu par exemple).
 
Attention,  chez les chiots qui ont des défauts d’acquisition des bases d’éducation,on peut voir l’apparition de petits troubles du comportement, ils peuvent être hyperactif, être peureux ou bien agressif, ils peuvent être hyper attaché à vous ( ils ne supportent pas d’être seul ), avoir du mal a devenir propre, …
 
 Lors de votre 1ère visite chez votre vétérinaire, il effectuera quelques tests simples, pour s’assurer du bon développement de votre chiot. S’il découvre quelques anomalies de comportement,  il vous proposera des conseils ciblés sur les problèmes qu’il aura déceler.
 
La socialisation se poursuit toute la vie du chien , ne faites pas l’erreur de présenter pleins de situations à votre chiot jusqu’à 6 mois et après plus rien. Rien n’est acquis, il faut continuer à lui faire voir des choses qu’il a déjà vu même s’il avait bien réagi. Il faut absolument qu’il garde un bon niveau de socialisation.
 
Pour une bonne socialisation, elle doit se faire en 3 temps, le temps des interactions, la quantité des situations et surtout la qualité des situations, il faut qu’elles soit positives.
 
La règle absolue est de ne jamais forcer un chiot ! Soyez patient et donnez-lui du temps lorsqu’il rencontre une situation nouvelle.
 
Si vous avez peur de louper la socialisation, vous pouvez toujours emmener votre chiot à l’école du chiot, vous les trouverez dans des clubs canins proche de vous. C’est école sont parfaites pour votre chiot sans vous tromper. Il y rencontrera d’autres congénères sous l’œil d’un professionnel, qui saura toujours de bon conseil et répondra à toutes vos questions.
 
 En conclusion, socialiser un chiot ou même un chien adulte ( ça demanderas plus de travail et de persévérance, mais rien n’est perdu, un chien s’éduque à  n’importe quel âge ), c’est le rendre sociable et apte à la vie en société. On ne souhaite pas évidemment qu’il ait peur ou qu’il réagisse de façon agressive lorsqu’il rencontre un chien ou même des gens qu’il connaît pas.
 
Un chien socialisé est capable de rentrer en communication avec ses congénères.
Un chien sociable recherche le contact avec eux par le biais du jeu.
 
 Les comportements dit difficiles ne font pas partie de trait de caractère, ils ont juste besoin d’éducation, faites vous aidez si le problème est trop important et si vous vous sentez dépasser, il y a trop d’accident avec les chiens qui pourrait être évité, surtout avec les enfants.
 
Publié dans : Côté comportement |le 18 mars, 2017 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Educationjuive |
Maisondezaou |
Lenuagedekelly |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un-jour-ils-seront-grands
| Mariapetiteprincesse2014
| Machocanecorso